Quoi de neuf ?

Belgique : Le parquet de Liège contre Down-Sec

Le 9 mars 2016

Belgique : Le parquet de Liège contre Down-Sec

Les pirates informatiques de Down-Sec ont publié ce jeudi les coordonnées des quatre ados qu’ils accusent d’avoir harcelé Madison. De la délation pure et simple. A ce stade, aucun élément de harcèlement ne ressort pourtant du dossier judiciaire.

Le mardi 9 février, Madisson, 14 ans, se suicide, on parle alors de harcèlement. Dans l’état actuel du dossier judiciaire, aucun élément particulier n’apparaît. Il se pourrait que cela évolue encore puisque l’enquête n’est pas close mais à ce stade - et selon le parquet - il serait prématuré de lier suicide et harcèlement.

Ce jeudi 25 février pourtant, Down-Sec Belgium, qui se présente comme un bloggeur sur Faceboook et est présenté comme un collectif de pirates informatiques par ailleurs, a publié sur son compte Twitter les noms, âge, adresses, photos et comptes Facebook de quatre mineurs qu’ils accusent d’être les harceleurs de Madison. Ils disent, le rôle de chacun et répandent des commentaires dégradants… Il y a quelques temps, toujours en lien avec cette bien triste histoire, ils avaient attaqué et revendiqué l’attaque de plusieurs sites de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Le parquet de Liège a immédiatement décidé d’ouvrir un second dossier. Le ministère public est d’une immense clarté. Si quelque chose arrivait aux personnes dont les noms ont été publiés, Down-Sec Belgium pourrait être considéré comme complice, voire co-auteur. Le parquet a par ailleurs prié la police de veiller à la sécurité des jeunes personnes concernées. En fin de journée, le message était effacé et remplacé par un autre “nous n’avons pas divulguer les adresses pour que quelqu’un fasse justice lui même mais pour que leurs entourages et connaissances savent !”... Il est peu probable que cela permettre l’extinction des poursuites.

Source : La Libre

Commentaires

Il n'y a encore aucun commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir!

  • Je confirme mon accord aux conditions d'utilisation relatives au site Questions-Justice.