Quoi de neuf ?

En mars : musicale initiative à la prison de Namur

Le 8 juin 2016

En mars : musicale initiative à la prison de Namur

Michaël Bonnet est namurois. Chaque semaine, depuis deux ans, il rend visite à un détenu emprisonné depuis dix-sept ans. Il n’y a pas si longtemps, Michaël travaillait dans le monde culturel et il a eu envie de lancer les rencontres « IN/OUT » : « Le discours carcéral tourne en rond ; j’avais envie de le faire sortir de son milieu et de renvoyer le débat vers le grand public, pour qu’il puisse prendre conscience des enjeux, de ce qui se passe dans la prison ». Son idée, créer une passerelle musicale entre deux vies : celle à l’intérieur et celle à l’extérieur des murs. Pour y arriver, et comme il n’y a pas de dépenses culturelles en prison, le demi-concert de l’après-midi, dans la maison d’arrêt a été financé via le concert, en soirée, à la Maison de la Culture. Pour y arriver, il a travaillé avec la Province et la Maison de la Culture de Namur.

Le chanteur, Perry Rose, et le guitariste, Jokke Schreurs, enthousiastes, ont immédiatement accepté de participer à cette édition qui, peut-être en appellera d’autres.

Pour les détenus, c’est une activité différente et c’est aussi une occasion de transmettre un message à l’extérieur : lors du concert à la Maison de la Culture, des témoignages des détenus, autrement dit du « in », ont été projetés à l’extérieur, le « out ». En général, l’activité a été plutôt bien accueillie, un quart des 200 détenus s’étaient inscrits et un septième était présent. Ce qui semble être un bon résultat.

Le personnel de l’établissement pénitentiaire semble le moins intéressé par le projet selon une assistante sociale : « Il y a une sorte de résistance par rapport à toutes les activités qui sont proposées ». Pour en savoir plus, découvrez le sujet de Canal C, une des douze télévisions locales de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Source : Lalibre.be

Commentaires

Il n'y a encore aucun commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir!

  • Je confirme mon accord aux conditions d'utilisation relatives au site Questions-Justice.