Quoi de neuf ?

Saint-Josse : les prostituées contre le bourgmestre

Le 11 février 2016

Saint-Josse : les prostituées contre le bourgmestre

Le 1er mars 2015, à Saint-Josse, un nouveau règlement de police concernant la prostitution en vitrine sera de vigueur. Des prostituées, travaillant sur le territoire de cette petite commune, ont introduit un recours devant le Conseil d’État. Pour l’Union des Travailleu(r)ses du Sexe organisé(e)s pour l’Indépendance (Utsopi), le collectif qui les représente, une précédente affaire concluait à l’incompétence communale quant à la soumission de la prostitution à un certificat de conformité et à un règlement lié à des sanctions administratives communales. La commune ne serait donc pas dans la possibilité de légiférer en cette matière.
Dans le chef d’Emir Kir, bourgmestre de Saint-Josse, ce nouveau règlement devrait permettre de lutter contre la traite des êtres humains. Pour Maxime Maes, représentant du collectif, « Cela va uniquement précariser les travailleuses du sexe. Les taxes sur les propriétaires passent d’environ 950 euros à 3000 euros et cette augmentation va retomber sur les loyers. La fermeture après 23 h 00 et les dimanches va envoyer les filles dans la rue. Il n’y a pas d’accompagnement social prévu dans sa politique car Emir Kir estime que l’association « Espace P » est déjà chargée de le faire. Le certificat de conformité valable cinq ans était jusqu’alors gratuit. Il coûtera désormais 2500 euros, contre 250 euros dans la commune de Schaerbeek ». L’espoir est faible mais il semble qu’une discussion reste possible.

Source : 7sur7.be

Commentaires

Il n'y a encore aucun commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir!

  • Je confirme mon accord aux conditions d'utilisation relatives au site Questions-Justice.