Les rouages de la justice

Les métiers de la justice

+ ce dossier contient -1 autre article

Qu’est-ce qu’une maison de justice ?

Le 5 janvier 2016

En 1996, l’affaire Dutroux met en évidence un certain nombre de dysfonctionnements de la justice. Elle est ressentie comme éloignée de la population : pour un simple citoyen, il n’est pas facile de s’adresser à elle quand cela s’avère nécessaire. Quant aux victimes d’une infraction, elles ne se sentent pas prises en compte.

Qu'est-ce qu'une maison de justice ?

Suite à ces constats, les maisons de justice sont créées en 1999. Leur objectif : rendre la justice plus compréhensible, plus accessible, plus efficace aussi.
Au sein des maisons de justice travaillent des assistants de justice.

Des missions pénales

Enquêtes, guidances et médiations : les maisons de justice ont des missions pénales.
Un prisonnier peut, à certaines conditions, bénéficier d’un congé. Il peut aussi, toujours à des conditions précises, exécuter une peine de travail en dehors de la prison ou vivre chez lui avec un bracelet électronique. Il peut encore bénéficier d’une libération conditionnelle. Avant de prendre ces décisions, le juge, le directeur de la prison ou le procureur du Roi ont besoin d’informations concernant essentiellement le milieu dans lequel le prisonnier va vivre : sa famille a-t-elle les moyens de l’accueillir ? Est-elle au courant de ce qui s’est passé ? Pourra-t-elle l’aider ?... Ils vont demander une enquête à la maison de justice, enquête réalisée par des assistants de justice.
Lorsque ces prisonniers exécuteront leur peine en dehors de la prison ou seront libérés sous condition, l’assistant de justice contrôlera le respect des conditions posées. Il en fera rapport au tribunal de l’application des peines et informera celui-ci si ce n’est pas le cas. Il aidera également les ex-détenus à éviter la récidive et à réussir à se réinsérer dans la société. Par exemple, l’assistant de justice peut informer l’intéressé à propos d’un travail, l’orienter vers une association d’aide aux personnes seules, dépendantes de l’alcool, ayant un problème de drogue…
En cas de condamnation avec sursis probatoires, les conditions à respecter sont également contrôlées par un assistant de justice. Il en fait rapport à la commission de probation.
Les maisons de justice peuvent aussi faire de la médiation pénale. Un exemple : l’assistant de justice rencontre la victime d’une infraction et son auteur. Victime, auteur et médiateur tentent de trouver un accord qui réparera le dommage subi. Cela peut être un remboursement, une peine de travail, une réparation en nature. L’accord est alors transmis au procureur du Roi et, si l’auteur le respecte, il n’y a pas de poursuites judiciaires.
C’est encore la maison de justice qui accueille et soutient les victimes d’infractions lors de la procédure judiciaire. Elle peut leur peut donner certaines informations sur leur dossier. Un exemple : une mère a perdu son fils suite à un meurtre (ou un accident de voiture). Elle veut être tenue au courant de la procédure parce que c’est important pour elle de comprendre ce qui s’est vraiment passé. Mais, prendre connaissance du dossier, ou assister à l’audience est très douloureux. Un assistant de justice pourra informer cette maman sur la manière dont cela va se dérouler, la préparer psychologiquement, l’avertir du choc que cela peut créer, l’accompagner pour la lecture du dossier ou pour l’audience…

Des missions civiles

Les assistants de justice mènent aussi des études sociales dans les familles, lors de divorces et de séparations, pour informer le juge qui devra trancher à propos de l’accueil des enfants, d’une demande de visite d’un ex beau-père ou d’une grand-mère qui ne voit plus ses petits enfants.
Les maisons de justice offrent aussi un accueil social appelé « de première ligne », c’est-à-dire un accueil et une information du citoyen en difficulté par rapport à un domaine de compétence de la maison de justice.

Où, combien, qui ?

Il existe 28 maisons de justice en Belgique. Elles dépendent maintenant des communautés, donc de la Fédération Wallonie Bruxelles, de la Communauté flamande et de la Communauté germanophone.
Les assistants de justice ont un diplôme de bachelier (assistant social, en psychologie, infirmier social) ou un master (psychologie, sociologie, criminologie, sciences de l’éducation) et ont réussi un concours.

www.maisonsdejustice.be

Source : "Les maisons de justice..." - S. Reise - 05/01/2014 - (www.justice-en-ligne.be)

Commentaires

Il n'y a encore aucun commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir!

  • Je confirme mon accord aux conditions d'utilisation relatives au site Questions-Justice.