Quoi de neuf ?

Le harcèlement, il faut encore en parler !

Le 18 juin 2017

L’actualité ce ces derniers jours a remis tristement en lumière les problème de harcèlement dont les jeunes peuvent être les victimes sur les réseaux sociaux.

Le harcèlement, il faut encore en parler !

En début de semaine, les média informaient du suicide d’un adolescent de 15 ans après la diffusion d’une photo de lui nu sur Snapchat. Une enquête a été ouverte. Tandis qu’aux Etats-Unis, un juge pour enfants du Massachussets vient de déclarer une jeune américaine de 20 ans coupable d’homicide involontaire pour avoir poussé son ami au suicide, via textos et coups de téléphone.

Comment le phénomène du harcèlement est-il appréhendé par la Justice en Belgique ? C’est une question que nous avions posée à Élise Delhaise, assistante en droit pénal à l’Université de Namur

Commentaires

  1. Le harcèlement, il faut encore en parler !

    12 octobre 2017

    Scieur Genevieve

    Bonjour
    Oui il faut en parler. Ayant été victime d ’harcèlement moral de la part de mon chef hierarchique pendant plus de 5 ans je n ai été ni suivie ni aidée par qui que ce soit tant l ’ assistante sociale que la psychologue du service interne soit disant le service bien être . J ai été livrée à moi même j ai été démolie. Malade , dépressive, la peur au ventre à me demander ce qui allait encore m arriver le lendemain... C était l horreur. Jusqu au service médical qui ne m a pas soutenu que du contraire on est parvenu a me pensionner temporairement...j ai perdu 7 mois d ancienneté et 1200 euros par mois pendant 7 mois. C est HONTEUX. Vous êtes la victime et on parvient à vous faire devenir le coupable. J ai un livre à écrire sur cet épisode de ma vie.
    Aujourd’hui j ai 60 ans cela fait deux ans qu’ un autre chef à pris sa place . Mon harceleur est toujours dans le bâtiment. J en garde toujours des séquelles et je n ai jamais pu récupérer ces années de calvaire. J ai donc pris la décision de prendre ma pension (43 ans de service) tellement je suis épuisée et dégoutée.
    Je ne regrette qu’ une chose c est de ne pas avoir porté plainte au pénal j avais tellement peur de lui et je suppose qu’ il y a prescription.
    À tous ceux qui subissent de l harcèlement n ayez pas peur, battez vous.

  • Je confirme mon accord aux conditions d'utilisation relatives au site Questions-Justice.