Les rouages de la justice

Les métiers de la justice

+ ce dossier contient -1 autre article

Quelles affaires pour la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) ? (vidéo)

Le 11 octobre 2018

Commentaires

  1. Quelles affaires pour la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) ? (vidéo)

    16 octobre 2018

    Belle

    Bonjour, vous parlez beaucoup des droits de l’homme, mais vous parlez pas des lois bafouée, moi j’ai un gros soucis de justice, voilà en juin 2000, avec mon ex-femme nous avons fait une demande conjointe de divorce à l’amiable, suite aux refus de mon ex-femme à faire la liquidation (attestation notariée) avant divorce, j’ai dû changer de requête et comme depuis son départ du domicile conjugal elle s était installé avec un homme dans un appartement qu elle loué pour bénéficier des prestations familiales car elle avait en charge un de nos enfants et moi j’avais aussi la charge d un autre de nos enfants, donc j’ai engagé une requête pour faute,en juin 2001 lors de la non conciliation, elle déclare vivre qu avec notre fils et ne perçoit que 851€ de prestations sociales, et porte une attestation de son concubin ( attestation disparus à ce jour du tribunal) comme quoi ils ne vivaient pas ensemble car j’avais donné des photos qui démontraient que Mr passé la nuit avec elle, la juge me répondit ils peuvent très bien joué au carte et met en place Les droits de visite, donc je devais prendre pour Les grandes vacances mon fils le 01/08/2001 et la surprise porte close, malheureusement comme mon fils dont j avait la charge avait son anniversaire le 13/08 et donc aller avoir 17 ans reçu une carte postale de sa mère de la haute Savoie lui fêtant son anniversaire, là la gendarmerie avec autorisation de mon fils me firent des photographies et je fis un courrier au juge lui disant que cette fois ci qu elle me dise pas que c était pour jouer aux cartes, donc une autorisation de constat d adultère a été donné et ce fut Positif,de la j ai demandé la garde de mon autre fils, car elle était accusé d attouchements par le médecin de l école et en plus le constat d adultère démontrait que mon fils était obligé de passer par la chambre de sa mère, que ce soit pour rejoindre sa chambre ou aller au toilette, donc une enquête sociale du tribunal fut faite mais celle ci déjà bâclé, mais faisant apparaître mes revenus et surtout les revenus de son concubin, plus de 2800€ par mois et moi ASS, plus un ccd pour vendanges, et en plus était bien mentionné qu ils vivaient ensemble depuis octobre 2000, moi je venais de subir les innondation de 2002et mon domicile pas encore expertisé par assurance fut classé insalubre, manque de confort et d hygiène, donc affaire perdu, mais par contre on me fit payer une pension alimentaire pour mon fils dont elle avait la charge, je fit appel car mon ex-femme m avait fait enlever les APL car mon fils dont j avait la charge est parti vivre chez sa copine vu les dommages des innondations, la la cour d’appel me condamna à lui verser 60€ et étant toujours en ASS de 406€ par mois et le crédit de notre domicile de 312,15€ il ne me restait plus que 23,23€ pour manger et payer mes charges, alors que madame avec plus de 3300€ par mois de revenus car personne n a pensé qu il fallait rajouter les prestations familiales de 851€ , avait toujours en plus l aide juridictionnelle totale et non poursuivi pour l escroquerie au jugement pour insolvabilité volontaire, elle ne fut pas non plus poursuivi quand j’ai fait apparaître son revenu à l’aide juridictionnelle ou même à la CAF,etc,du coup je suis tombé en banque de France car je pouvais plus payer mon crédit immobilier jusqu’en Mars 2007 , la voulant mettre en demeure madame par le crédit agricole de payer le crédit j’appris qu elle avait fait une attestation ( demande d’aide au juge car le crédit agricole veux pas la remettre soit disant secret professionnel) comme quoi elle ce retiré du crédit car elle était divorcé en novembre 2000, fausse attestation car jugement de notre divorce en décembre 2004, moi cela continue la banque me vida mon compte, refusant les prélèvements et me laissant zéro centimes pour manger,en septembre 2007 mon compte fut saisi par contentieux et la je laissa que l APL jusqu’en mai 2008 date d anniversaire de fin de crédit, mais restait environ 6000€ à versé, juillet 2010 mise en demeure de rembourser le crédit de 12461€ dont pénalités et intérêts de retard rajouter, moi j’ai pas bouger car il y avait prescription,mon ex femme elle remboursa le crédit et le juge dit Un remboursement anticipé,( mais anticipé de Quoi il était fini en mai 2008) et la encore une juge ce rendit complice d usurpation d’identité,vol de mes taxes d habitation 2008,2009,2010, avec utilisations de celle ci etc, la encore madame toujours protégé car même avec ma plainte aucune poursuite,moi par contre on refuse tout ce que je fais apparaître dans expertise judiciaire, et le jugement me refuse mon crédit que j’ai payé du temps que nous étions séparé et divorcé,cour d appel aussi cassation reconnaît qu on me le doit, retour cour d appel qui me le refuse et retour en cassation qui refuse mon dossier, la j avait abrégé, mais 4ans après divorce je suis toujours marié à cette personne et j’habite chez elle, Etc j’ai tout les documents, mais on en a rien a foutre car la parole de mon ex femme vaut tout mes documents, il y a une prise de partie de ce tribunal, tout le monde avait pourtant été prévenue, procureur de la République et général, présidente du tribunal, juge,expert, conseil d état, mais personne bouge au contraire j’ai toujours tort, la j attends l appel que j’ai fait en cassation et si refus je mediatise l affaires et donne les copies des documents avec les noms, donc que pensez vous de cette jolie histoire, cordialement

  • Je confirme mon accord aux conditions d'utilisation relatives au site Questions-Justice.