L’actualité commentée

Au cinéma : « Une femme d’exception »

Ou quand une avocate lutte contre les discriminations…

Le 5 avril 2019

1956 : une jeune Américaine, Ruth Bader Ginsburg, commence le droit à Harvard. Volontaire, passionnée, elle fait face au mépris, à la condescendance des professeurs, puis des cabinets d’avocats : aucun ne l’engage. Elle devient professeur.
Le titre original du film est d’ailleurs « On the basis of sex ».

Mots-clés associés à cet article : Avocat , Plaidoirie , Art et Justice

Image @ Wikipedia

Des années plus tard… L’affaire d’un homme fiscalement discriminé… parce qu’il est un homme, donne à la jeune juriste l’occasion de faire bouger sa carrière et de lutter contre les discriminations… très prioritairement faites aux femmes ! En effet, engager une garde-malade pour sa vieille mère permet à une femme d’obtenir une réduction fiscale… mais pas à un homme. Évidemment, elle se heurte de front à des magistrats conservateurs qui ne lui feront aucun cadeau. Pour eux, accepter de reconnaitre le droit de cet homme à sa réduction fiscale, sur la base de l’égalité des sexes, est un dangereux premier pas vers la reconnaissance d’autres égalités entre hommes et femmes ! Plus d’une centaine de lois pourraient devoir être modifiées, calcule l’avocat de la partie adverse. Ce serait le chaos pour l’Amérique !

Passion et détermination

L’avocate fait équipe avec son mari (professionnellement mais aussi… « ménagèrement », ce qui est très inhabituel pour l’époque !) et elle convainc l’Union américaine pour les libertés civiles de la laisser plaider. Elle se bat contre juges et procureurs pour faire admettre que la discrimination sur la base du sexe est anticonstitutionnelle. Lors de l’audience, elle remarque notamment que le mot « femme » ne figure pas dans la Constitution américaine. Le mot « liberté » non plus. Et elle plaide avec conviction contre l’argument massue selon lequel « c’est ainsi depuis toujours » : cet argument ne tient pas la route, la vie change, évolue…

On voit, on constate l’abondant travail à réaliser pour préparer une plaidoirie, la mise au point d’une stratégie, la recherche d’arguments, le choix des mots (« genre » et pas « sexe », comme sa secrétaire le fait remarquer à l’avocate). Bien que l’on se dise que l’histoire finira bien, on est pris par le récit, par la passion de l’héroïne pour une cause qu’elle défend avec détermination et persévérance.
Ce récit d’une histoire vraie met en évidence que la Justice suit, avec une relative difficulté, l’évolution de la société. Mais aussi qu’elle a ce pouvoir de reconnaitre cette évolution, et, ici, de faire changer la loi pour plus d’égalité…

Aujourd’hui, la Cour suprême

Ruth Bader Ginsburg, 86 ans aujourd’hui, s’est toute sa vie battue pour faire reconnaître les droits des femmes. Elle a notamment été l’avocate de l’Union américaine pour les libertés civiles (ACLU). Celle qu’on appelle « Notorius RBG » a été nommée juge à la Cour suprême des États-Unis par Bill Clinton. Elle a 85 ans.

Film de Mimi Leder avec les acteurs Felicity Jones et Armie Hammer

Commentaires

Il n'y a encore aucun commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir!

  • Je confirme mon accord aux conditions d'utilisation relatives au site Questions-Justice.