L’actualité commentée

On ne joue pas avec Tintin !

Le 26 août 2021

Pendant 70 ans après la mort d’un créateur – peintre, romancier, musicien, etc. - son œuvre est protégée par des droits d’auteur. Ceux-ci interdisent à toute personne d’utiliser cette œuvre sauf si elle a demandé et reçu l’accord des héritiers concernés.

Mots-clés associés à cet article : Droit d’auteur , Tintin , Contrefaçon , Parodie

© Copyright - Marabout

Ainsi il n’est pas possible d’utiliser Tintin ou d’autres personnages d’Hergé sans l’accord de la Société Moulinsart qui gère les droits d’Hergé (mort en 1983).

Une parodie…

Or un peintre breton, Xavier Marabout, a réalisé une vingtaine de toiles où il a dessiné Tintin dans des décors semblables à ceux d’un peintre américain, Edward Hopper. On y voit Tintin dans la vie quotidienne, loin des illustrations d’Hergé.
La Société Moulinsart s’est adressée au Tribunal de grande instance de Rennes accusant le peintre breton de n’avoir pas respecté les droits d’Hergé. Mais le tribunal ne lui a pas donné raison. Il a en effet admis que le peintre pouvait ne pas avoir demandé d’autorisation. Pourquoi ? Parce que l’œuvre de Xavier Marabout peut être considérée comme une « parodie ». Une parodie, c’est une œuvre qui fait clairement penser à une autre mais avec de claires différences. Elle se veut humoristique et son auteur est clairement identifié. En droit européen et belge, un auteur ne peut pas interdire à un autre de parodier son œuvre. Pour le Tribunal de Rennes, les toiles de Xavier Marabout sont une parodie, donc… l’accord de la société Moulinsart n’était pas obligatoire.

… ou une contrefaçon

Autre affaire, autre jugement : Christophe Tixier a réalisé des bustes de Tintin, qu’il a recouverts de planches de BD. La Société Moulinsart s’est adressée au Tribunal de grande instance de Marseille en l’accusant de contrefaçon. Une contrefaçon, c’est un faux, un plagiat.
Dans ce cas, le tribunal a donné raison à la Société Moulinsart. Pourquoi ? Parce que les bustes de Christophe Tixier sont bien une « contrefaçon » et pas du tout une parodie. L’artiste ne voulait d’ailleurs pas réaliser une parodie mais prétendait… qu’Hergé n’avait pas créé Tintin ! Le Tribunal n’a pas admis cette déclaration ; il affirmé que Tintin était bien une création unique, originale, pour laquelle des droits d’auteur doivent exister.

Un équilibre à trouver

Les droits d’auteur permettent aux auteurs de gagner leur vie avec leurs créations. Il est donc très important qu’ils existent. Comme souvent, ce droit pourrait s’opposer à un autre droit : celui de la liberté d’expression et de création. La parodie est donc une exception qui permet de tenir compte, à la fois, de l’un et de l’autre.

Commentaires

Il n'y a encore aucun commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir!

  • Je confirme mon accord aux conditions d'utilisation relatives au site Questions-Justice.